Bilan de mi-mandat 2014 - 2017 de la municipalité de Crolles

Finances communales

« Maintenir la qualité des services publics et continuer d’investir, grâce à la réduction des dépenses de fonctionnement, sans augmenter la fiscalité locale ni recourir à l’emprunt »

Le contexte de baisse des recettes de la commune s’explique par une diminution importante des dotations versées par l’État aux collectivités territoriales et une contribution à l’effort de redressement des finances nationales, soit pour Crolles -1,287 M€ de DGF entre 2014 et 2017. A cela s’est ajoutée une plus grande contribution de Crolles à l’effort de péréquation en faveur des collectivités à faibles ressources (1,4 M€ versés entre 2014 et 2017 au FPIC*). En parallèle, d’importants efforts de modernisation et de rationalisation de l’action publique (diminution des charges à caractère général, négociation des marchés publics, économies d’énergie, optimisation du fonctionnement des services) ont permis de réaliser des économies substantielles : – 600 000 € en 2015, – 500 000 € en 2016 et -200 000 € en 2017. Cette baisse des dépenses a compensé la disparition progressive de la DGF. Dans le même temps, l’effort porté sur les charges de personnel a permis de les maintenir à un niveau stable (hors transferts de compétences). Et cela malgré des réformes portant sur les carrières et rémunérations qui auraient pu avoir un effet mécanique à la hausse.

Investissement : les réalisations s’accélèrent

Côté investissements, comme c’est le cas habituellement, le début de mandat a permis de mener à bien des réalisations mises en œuvre par le mandat précédent. Dans le même temps ont été engagés de nouveaux grands projets, dont les études sont maintenant terminées et qui vont donner lieu à réalisations. Parallèlement, des programmes pluriannuels ont été poursuivis, voire amplifiés pour certains, à l’instar de l’amélioration énergétique, de l’accessibilité des bâtiments publics ou de l’aménagement de voiries. Enfin, d’autres travaux de maintenance ont été réalisés, comme ce fut le cas avec la réfection complète de la toiture du Projo, l’aménagement progressif du Moulin des Ayes, la réfection du mur d’escalade à la Marelle, le porche et la porte du gymnase Guy Bolès, la remise en état de la via ferrata, la création de l’espace fitness au Parc Jean-Claude Paturel ou la reconversion de l’ancienne  bibliothèque en centre de loisirs.

* Fonds national de péréquation des ressources intercommunales et communales

 

A noter

  • Les taux d’imposition sont restés identiques pour les trois taxes communales (taxe d’habitation : 11,73%, taxe foncière sur le bâti : 20,92%, taxe foncière sur le non bâti : 61,11%).
  • 1,3 M€ : Le montant des économies de fonctionnement réalisées entre 2015 et 2017 (A titre indicatif, en 2017 le total des dépenses réelles de fonctionnement s’élève à 14 M€).

 

Une dette saine 

Une renégociation, engagée par la mairie fin 2015, a permis de transformer à taux fixe 2 emprunts structurés qui présentaient un risque potentiel de dérapage des taux d’intérêt. Aujourd’hui Crolles conserve un taux d’endettement raisonnable (9,3%), soit en dessous de 10 % des recettes de fonctionnement (taux moyen des communes : 10,4%).